Les Laurentides


Imaginez, à quelques minutes de Montréal, un territoire aux mille visages. La région des Laurentides étale, avec une ostentation presque insolente, une panoplie de charmes. La région offre, en plus de ses panoramas saisissants, un éventail d'attraits et d'équipements touristiques de qualité et des plus diversifiés constituant une destination touristique par excellence.

Le toponyme "Laurentides", donné par l'historien François Xavier Garneau en 1845, nous rappelle que ces montagnes suivent un cours parallèle au fleuve Saint-Laurent.

 
Les Laurentides s'étendent, du sud au nord, de la rivière des Mille Ïles jusqu'aux zec Petawaga, Le Sueur, Mitchinamécus, Normandie et Mazana, au nord de Mont-Laurier et , de l'ouest à l'est, des limites de la région de l'Outaouais jusqu'à celles de Lanaudière et du Coeur-du-Québec, sur une superficie de près de 22 000 km2.

Le territoire est composé de deux unités morphologiques distinctes: les basses terres du Saint-Laurent et le Bouclier Canadien. Ces spécificités marquent non seulement le paysage, mais permettent une pléiade impressionnante d'activités.

Un faible relief caractérise les basses terres; les importants dépôts argileux laissés lors du retrait de la mer de Champlain, il y a plusieurs millénaires, favorisent une activité agricole en expansion et diversifiée (traditionnelle, aéricole, pomoculture et apiculture).

Les Laurentides reposent également sur la frange méridionale du Bouclier Canadien, le plus vieux massif rocheux du globe, datant de l'ère précambrienne. Ce relief montagneux, aux formes arrondies, est entrecoupé de vallées étroites; la forêt est omniprésente et des milliers de lacs y sont dispersés, pas étonnant que les Laurentides soient devenues un paradis récréo-touristique !

Trois rivières majeures drainent le territoire: la rivière du Lièvre, la rivière Rouge et la rivière du Nord. Ces chemins d'eau qui furent jadis les routes du commerce de la fourrure, puis celles du flottage du bois enchantent aujourd'hui les adeptes du canot, du kayak, de la motomarine et de "rafting".


À 60 km de Montréal, Saint-Sauveur, une municipalité de villégiature avec en son centre, niché au creux des montagnes, Saint-Sauveur des-Monts, village touristique par excellence. L'animation de la rue Principale séduit à tout coup. Les restaurants et les boutiques haut de gamme y sont nombreux. La nuit tombée, la rue Principale bouillonne d'activités. Théâtre, bars et discothèques s'animent.

L'hiver, les skieurs s'en donnent à cœur joie sur les pentes des centres de ski du Mont Habitant et de la Station touristique Mont Saint-Sauveur, laquelle se transforme, l'été venu, et fait place à l'excitant parc aquatique du Mont Saint-Sauveur.